Livres d’artistes

De La Pierre A La PeauPremières rides, premiers essoufflements, un jour, soudain, nous nous retournons sur notre passé, somnambules surpris de nous réveiller le pied posé sur la ligne du temps. Qu’on vive le processus du vieillissement comme un accroissement de la puissance intérieure ou comme une déchéance insupportable, il reste une expérience singulière renvoyant chacun à une forme de limite que tend à dénier tout le discours social : vécu par tous les vivants, il est pourtant le plus souvent tu.

Véronique Bigo et Belinda Canonne qui ont beaucoup écrit et échangé sur le thème du vieillissement présentent à travers leurs textes et une dizaine d’œuvres leur vision de l’empreinte du temps sur le corps.

Vieillir / mon oeuil 180x130 cm
Vieillir / mon oeuil 180×130 cm

 

 

Extrait : Vieillir, peint-elle

Quand Véronique Bigo a commencé les tableaux qu’elle a intitulés «Ma peau», «Mes seins» ou «Mon ventre», ses proches lui ont dit : «Mais pourquoi utilises-tu le pronom possessif ? Mets simplement « Seins » ou « La Peau ».
Parler de la vieillesse, d’accord, car les vieux, ce sont des autres, des très différents. Et quand il se trouve qu’ils sont nos familiers, qu’ils appartiennent simplement à une autre génération, nous faisons mine de croire qu’ils ont toujours été vieux, qu’ils sont nés vieux… Oh, nous ne le disons pas si clairement : nous en sommes convaincus, voilà tout. Quand à dire son propre vieillissement, non pas l’état de vieillesse mais le processus – peu à peu, les seins qui tombent ou le ventre qui se détend, la peau qui fane : non, à aucun prix, trop obscène. L’obscène (mot à étymologie inconnue, on me permettra donc celle-ci), c’est ce qui doit rester hors de la scène, hors du visible, ce n’est pas montrable. « Mais pourquoi révèles-tu que c’est toi ? », a-t-on reproche à V.B. Eh bien justement, parce que personne n’en parle et que dire ce dont personne ne parle est l’une des vocations principales de l’art.

Bélinda Cannone, « De la Pierre à la Peau »

2011 – « de la Pierre à la Peau ». Editions La Ralentie. Tableaux V. Bigo, Textes Bélinda Cannone / Véronique Bigo.
1997 – « Fragments. Du nouveau sur les fleurs », texte de Walter Benjamin – 10 Sérigraphies.
1990 – « Zoom sur six films ». Pour la Gaumont » 6 sérigraphies.
1986 – « Jean-Jacques Lequeu », texte de Philippe Duboy 16 lithographies.
1985 – « Les pierres de Jakarta » – 24 lithographies.
1985 – « Les Obélisques » – 24 lithographies – Editions Hermès Thot.
985 – « L’Egypte » – 16 lithographies – Editions Hermès Thot.
1985 – « Les sandales » – 4 lithographies – Editions Hermès Thot.
1983 – « Mes pierres mystérieuses ou mes pierres d’Indonésie » -5 lithographies – Editions JP Watel.
1981 – « Fantasmes autour d’un fragment de colosse », texte de Gilbert Lascault – 5 lithographies – Ed Hermès Thot.